Historique, origines des champs magnétiques pulsés

L'utilisation des champs électromagnétiques pour tenter d'accélérer la guérison des tissus n'est pas récente. Les premiers travaux sur la stimulation magnétique ont été effectués à la fin du 19e siècle par l’Anglais Smith (1869), et le Français d'Arsonval (1893). Dans la première partie du 20e siècle, certains scientifiques, comme l’américain Anthony Matijaca (1917) ou la Danoise Karen Marie Hansen (1938) commencent à utiliser les champs magnétiques pulsés pour le traitement de différentes affections dont l'anémie, l'artériosclérose, la chorée, les convulsions, l'hystérie, l'insomnie, la migraine, les neuralgies, la neurasthénie, les névrites, les rhumatismes et les douleurs.

Dans les années 1920, Georges Lakhovsky, scientifique d’origine russe, émigré à Paris, imagine que chaque cellule a sa propre fréquence de résonnance, et que cette résonance est modifiée quand une cellule est malade. Lakhovsky met alors au point un générateur de champs magnétiques qui va permettre aux cellules touchées de retrouver leur fréquence naturelle originale. Cette régénération naturelle des cellules consiste en un remplacement des cellules endommagées ou détruites par de nouvelles cellules, semblables. Cela peut s’apparenter à une auto-réparation du corps humain. Selon Lakhovsy, le corps procède naturellement à cette régénération cellulaire mais les champs magnétiques aident à accélérer ce processus. On parle aujourd’hui de médecine informationnelle. Georges Lakhovsky soutient que l'état de santé des êtres vivants dépend de la qualité des vibrations de leurs cellules, et qu'il est possible de rehausser ces vibrations par l'application de champs électromagnétiques. Il a mis en évidence l’importance de l’équilibre oscillatoire de la cellule qui permet à celle-ci de maintenir son bon équilibre, et sa bonne santé. Une cellule saine est en équilibre alors qu’une cellule malade est en déséquilibre. Pour cela, il crée un appareil capable de générer des champs magnétiques pulsés qu’il expérimente avec succès à l’Hôpital de la Pitié Salpetrière à Paris sur un grand nombre de patients, dans les années 1920.

       

Plus tard, la technologie des Champs Magnétiques Pulsés va être perfectionnée dans les années 1960 et 1970 en Russie et en Europe de l’Est, notamment en Hongrie et en Roumanie, pour permettre de traiter des affections rhumatismales sans avoir à recourir à des médicaments, qui étaient alors chers et difficiles à se procurer en quantité suffisante. La plupart des hôpitaux russes se sont équipés de générateurs de champs magnétiques pulsés et utilisent cette technologie depuis plus de 40 ans, pour soigner à moindre coût leurs patients.

Du fait du lobby pharmaceutique dans les pays occidentaux, la thérapie par les champs magnétiques pulsés se développe peu en France, et son utilisation reste encore confidentielle (elle s'est davantage développée en Allemagne et en Suisse, où un meilleur accueil est réservé aux médecines alternatives).

Pourtant, dans les années 1980, un médecin roumain, lui aussi arrivé en France, le Professeur Dan Constantinescu, spécialiste reconnu des champs magnétiques pulsés, va mettre au point un appareil de magnétothérapie pulsée qui donnera des résultats immédiats sur les maladies rhumatismales. Le docteur Constantinescu, neurologue de formation, a établi que les champs magnétiques pulsés agissent sur les systèmes fonctionnels périphériques mais aussi sur les systèmes centraux de régulation, stimulant et facilitant ainsi les processus d’auto-guérison. Le Professeur Constantinescu est l’auteur de nombreuses publications médicales, parmi lesquelles un ouvrage de référence publié en France : « La magnétothérapie, ses bases, son mode d’action », publié aux éditions Kinésithérapie Scientifique en 1985.

De nombreuses études médicales sur les effets des champs magnétiques pulsés sont d’ailleurs publiées en France à cette époque, attestant sans ambiguïté de l’efficacité de ce matériel. Plusieurs de ces études sont réalisées sous la direction du professeur A. Bellossi, alors responsable du Laboratoire de Biophysique à la Faculté de Médecine de Rennes, et reconnu comme l’un des meilleurs spécialistes mondiaux dans le domaine des champs magnétiques pulsés.

Voici notamment 3 thèses universitaires publiées à cette époque :
« La thérapeutique par Champs Magnétiques Pulsés dans les hernies discales en kinésithérapie libérale » : thèse de doctorat de médecine soutenue publiquement par le Docteur Sylvie BARBOTIN, validée par un jury scientifique le 18 juin 1996 à la Faculté de Médecine de Rennes.
« La thérapeutique par champs magnétiques pulsés dans les tendinopathies calcifiantes en kinésithérapie libérale » : thèse de doctorat de médecine du docteur Erick OUDARD, validée par un jury scientifique le 14 mai 1996 à la Faculté de Médecine de Rennes.
« La thérapeutique par champs magnétiques pulsés dans les affections articulaires inflammatoires » : thèse de doctorat de médecine du docteur Martine GOUESLARD, validée par un jury scientifique le 29 novembre 1995 à la Faculté de Médecine.

Des milliers de patients sont alors traités et obtiennent des résultats inespérés.

        

Pourtant, malgré ces évidences et en dépit l’éthique scientifique, le corps médical français, obéissant aux intérêts de l’industrie pharmaceutique de soigner uniquement en vendant des médicaments, va ignorer cette technique et bloquer son développement en France, alors qu'en Allemagne et en Suisse, elle se développe davantage. En France, seuls des kinésithérapeutes ont osé, malgré ce blocus, se lancer dans cette technique, et proposent aujourd’hui des séances de magnétothérapie pulsée dans leur cabinet de kiné, qu’ils facturent à des tarifs libres. Comme il faut souvent effectuer un nombre important de séances avant de constater les premiers résultats, une thérapie suivie en cabinet de kiné peut représenter un budget important.
 

Comment se fait-il que la technologie des Champs Magnétiques Pulsés ne s’impose pas ? 

Le docteur Erick Oudard dit à propos des champs magnétiques pulsés : « Nous vivons à une époque où la chimie résume l’essentiel de l’arsenal thérapeutique occidental… L’enseignement de la thérapeutique par les facultés de médecine, hormis la chirurgie, est quasi exclusivement centré sur l’utilisation des médications chimiques. Le médecin ainsi formé sera pour le moins réticent à toute innovation tendant à déstabiliser son mode de pensée». Il conclut ainsi : « Nous voyons que la thérapeutique classique (chimie et chirurgie) a atteint ses limites (effets secondaires, coût financier, efficacité à court terme souvent limitée). Il faudra donc s’orienter vers d’autres voies thérapeutiques dont font partie les champs magnétiques pulsés».
 

En discréditant cette nouvelle thérapeutique, et en bloquant le développement de cette technologie à grande échelle, la médecine conventionnelle en a limitée la notoriété et la reconnaissance, allant même jusqu'à créer l'amalgame avec les ondes électromagnétiques radios, ou les ondes émises par les téléphones portables et les appareils micro-ondes, dont la longueur d'onde des impulsions n'a absolument rien à voir.
Concrètement, les longueurs d'onde des "mauvaises ondes" (micro-ondes, Wi-Fi, téléphone portable), nocives pour la santé, se mesurent en millimètres, alors que les longueurs d'ondes des champs magnétiques pulsés se mesurent en mètres ou en kilomètres, et se rapprochent des ondes électromagnétiques naturelles de notre corps humain, des ondes naturelles du cerveau, et des ondes électromagnétiques naturelles de la Terre. C'est ce qui expliquerait, selon certains chercheurs, l'efficacité thérapeutique des champs magnétiques pulsés.

Pour information, le champ magnétique terrestre varie entre 0,3 et 0,8 Gauss (ou de 30 à 80 mTesla), avec une moyenne de 0,5 Gauss. Pour avoir un effet thérapeutique, les appareils de Champs Electro-Magnétiques Pulsés (CEMP) doivent générer un champ magnétique supérieur au champ magnétique terrestre, et produire un champ pulsé à basse fréquence (1 à 10.000 Hz) pour qu'il soit sans danger pour la santé. Les champs magnétiques pulsés sont oscillants, et vont induire des courants électriques sur les tissus et les cellules, qui vont avoir pour effet de ré-équilibrer les cellules malades, en déséquilibre. On parle de thérapeutique ou médecine informationnelle.

 

« Les Champs Magnétiques Pulsés entrent dans un cadre radicalement différent de l'action chimique ; il s'agit d'une information qui est un signal physique donné à l'organisme. Celui-ci doit la recevoir, la décrypter et l'utiliser. C'est donc l'organisme qui, in fine, doit assurer sa guérison... » (Docteur Erick OUDARD dans sa thèse « La thérapeutique par champs magnétiques pulsés dans les tendinopathies calcifiantes en kinésithérapie libérale ». Faculté de médecine de Rennes. Mai 1996. p 171.)

Pour ceux qui ne veulent pas acheter un appareil, sans être sûr que cela fonctionne dans leur cas de figure, il existe aussi, depuis quelques années, la possibilité de faire des séances de magnétothérapie dans des centres anti-douleur dans les hôpitaux en France. Vous trouverez ici la liste des centres équipés en France, qui travaillent avec un appareil de champs magnétiques pulsés professionnel, et proposent des séances pour les patients souffrant de douleurs chroniques, fibromyalgie, arthrite rhumatoïde, douleurs post-dialyse ou autres. Renseignez-vous auprès du centre anti-douleur le plus proche, sur les conditions requises pour pouvoir y effectuer des séances et sur les disponibilités. 



Aujourd’hui, seul le bouche à oreille permet de faire connaître cette technique, puisque toute publicité est interdite. Donc essayez, c’est le seul moyen de savoir si cela fonctionne pour vous.

 

 

Ouvrages de références sur la technologie des champs magnétiques pulsés et leur rôle thérapeutique :

• CONSTANTINESCU, D. La magnétothérapie, ses bases, son mode d’action. Kinésithérapie Scientifique, 1985
• M. SENEZ – WAGNER H.J., "Nouvelle approche thérapeutique pour l'utilisation des champs magnétiques pulsés. Travaux, résultats et commentaires". INSERM Forum des Jeunes Chercheurs, septembre 1984.
• CONSTANTINESCU, D. TORCHET, M.F., LE CHALONY, M., SENEZ, M., GAZENGEL, G., Traitement des hémophiles avec les champs magnétiques pulsés, communication faite au Premier Congrès Mondial d'Hémophilie, 27 juin 1983 – Stockholm.
• NASSE, TH., - CONSTANTINESCU, D. PACIFICI, M., BARON, JB., "Aspect thérapeutique et posturographique des perturbations psycho oculomotrices accompagnées de vertiges et de troubles posturaux", communication faite au Vème Symposium International de Posturographie. Université Libre d'Amsterdam. 18-23 juin 1979.
• CONSTANTINESCU, D. BOUDIE, J.L. , CHEYSSIAL, A., Etude EMG sur les effets des pulsations en basse fréquence des champs magnétiques de forme différente, in Kinésithérapie Scientifique, n°208, décembre 1982.
• BLAKMORE R., FRANKEL R., "Le déplacement des bactéries dans un champ magnétique" (Pour la science 52 – 1982).
• CONSTANTINESCU, D. La magnothérapie pulsé in La Vie Médicale 21, 1979.
• CONSTANTINESCU, D, NASSE, TH., PACIFICI, M., SUGAWARA, T., BARON; J.B., Modifications statokinésimétriques obtenues par stimulation au moyen des pulsations magnétiques de basse fréquence, communication faite au Vème Symposium International de Posturographie. Université Libre d'Amsterdam. 18-23 juin 1979. In Agressologie, 20 C, 1979.
• RESCOL A., BES A., GUIRAUD-CHAUMEIL B., "La sclérose en plaques" – MASSON.
• PICAT J., "Psycho-physiologie du système nerveux central" – ELLIPSES.
• DOLTO BORIS J., "Le corps entre les mains" – HERMANN.
• WAGNER H.J., M.K., "La vie médicale" – 1979 octobre/2.
• BARNOTHY M., "Biological effects of magnetic fields" (vol. 1 et 2, Plenum Press N.Y. 1964-1969).
• BERTALLANFFY Von L., "General system theory" (G. Braziller ed. – 1968).
• BELLOSSI A., "A propos d'un enfant atteint de panencéphalite sclérosante subaigue". Communication faite au IIIème Symposium International de Magnothérapie, Paris 24-25 novembre 1984.
• CONSTANTINESCU, D. "La Magnothérapie" in Revue Française des Affaires Sociales No hors série mai 1986. Ed. : Ministère des Affaires Sociales et de l'Emploi (p. 152 à 173).
• CONSTANTINESCU, D. " Le Magnodiagnostic". Communication faite à la Faculté de Médecine de Paris XIII, 21 avril 1985.
• LEVILLAIN D., PICAT J., "Intérêt de l'analyse spectrale dans l'évaluation des effets sur le rythme alpha des champs magnépulsés". Ann. Méd. –psychol. , 1985, 143, No 3.
• ROCARD Y., CONSTANTINESCU D., WAGNER H.J., "Le magnétisme, une application thérapeutique chez l'homme". Annales de Kinésithérapie, 1981, t.8, No 4.
• DUBROV, The geomagnetic field and life, Londres-New York, 1978.
• PRESMANN, A.S. , Electromagnetic fields and life, Londres-New York, 1970.
• DINCULESCU, T. ; MACELARIU, A., Recherche sur l'efficacité des champs électromagnétiques de basse fréquence, Studii e Cercep fizioterapie, Vol. V, Bucarest, 1963.