Comme son nom l’indique, la magnétothérapie est un traitement thérapeutique qui s’appuie sur le magnétisme. Depuis l’Antiquité, on cherche à utiliser les champs magnétiques pour « soigner » différents troubles et maladies. De nos jours, chercheurs, scientifiques et thérapeutes explorent encore les bienfaits des aimants thérapeutiques et du magnétisme. Car, si l’on ne peut pas affirmer que les aimants « guérissent » à proprement parler, il apparaît qu’ils contribuent à soulager le corps de ses douleurs, notamment articulaires et musculaires.

Origines de la magnétothérapie

Les premières applications thérapeutiques de l’aimant remonteraient à l’Antiquité. En effet, déjà au 6e siècle av. J.-C., on connaissait et exploitait les effets de pierres riches en magnétite. Cette espèce minérale doit son nom à la ville grecque Magnésie (aujourd’hui, le site se trouve en Turquie), où l’on trouvait nombre de ses roches. Depuis, philosophes et scientifiques n’ont cessé de s’intéresser aux aimants et aux champs magnétiques. Une des applications de ces recherches, encore souvent empiriques, est la boussole, instrument qui exploite le champ magnétique terrestre et dont se servaient les navigateurs déjà au 13e siècle.

Jusqu’au début du 19e siècle, on ne connaissait que le magnétisme des aimants naturels. Il faut attendre 1831 pour que Michael Faraday explore les connexions entre électricité et magnétisme. Un siècle plus tard, un scientifique russe, Georges Lakhovsky, invente un appareil qui, grâce à un courant électrique parcourant une bobine, génère des champs magnétiques pulsés. Il met alors au point une méthode d’utilisation des champs magnétiques visant à rééquilibrer le magnétisme naturel des cellules.

Les recherches récentes

Le magnétisme et ses applications en médecine sont toujours étudiés par les scientifiques à travers le monde, notamment dans les pays d’Europe de l’Est et au Japon. Dans les années 1950, le docteur japonais Kyoichi Nakagawa énonce une théorie, celle du « syndrome de déficience du champ magnétique ». Cette déficience serait naturelle à l’échelle de la Terre ; certains environnements, comme des immeubles aux structures métalliques, seraient aussi responsables de cette déficience. Selon Nakagawa, quand le corps humain manque de magnétisme, il serait sujet aux douleurs, maux de tête, perte d’énergie… La magnétothérapie permettrait de combler cette carence.

D’autres théories sont régulièrement avancées pour expliquer les effets des aimants et des champs magnétiques sur le corps. Tout comme la façon d’utiliser les aimants.

En 1990 parait l’ouvrage « Magnétothérapie : les aimants qui guérissent », rédigé par le magnétothérapeute et acupuncteur Anil Kumar Mehta. Il revient sur la façon d’utiliser les aimants pour « se soigner » chez soi. Lui aussi évoque la nécessité de rééquilibrer le magnétisme du corps humain. C’est d’ailleurs aussi sur cet équilibre que s’appuient bon nombre de théories, en Chine notamment, où acupuncture et magnétothérapie avancent de concert, le principe du yin et du yang en toile de fond.

D’autres études, thèses, ouvrages et articles ponctuent la recherche sur la magnétothérapie et ce, en Orient comme en Occident. Actuellement, la médecine n’a pu prouver scientifiquement que les aimants permettaient une véritable « guérison ». Quant à l’Organisation Mondiale de la Santé, elle a, en 1987, affirmé que la magnétothérapie était sans danger. En France, la magnétothérapie, pulsée ou non, fait partie des médecines non conventionnelles.

Les produits disponibles

Il existe différents types d’outils pour pratiquer la magnétothérapie. A savoir, essentiellement :

-          Les aimants

-          Les champs magnétiques pulsés

Les aimants permanents, comme les aimants en néodyme, n’auraient qu’un effet placebo. Il s’agit là de ces bijoux, pastilles et autres patchs magnétiques que l’on pose à même la peau et que l’on peut porter de façon continue. Il est très facile de trouver des aimants statiques dans le commerce, comme les bracelets chemin de vie, faits d’aimants et de cristaux.

Les champs magnétiques pulsés auraient quant à eux des effets antalgiques et anti-inflammatoires, c’est-à-dire qu’ils permettent de limiter, voire soulager la douleur. Ils sont d’ailleurs utilisés dans certains centres antidouleur d’hôpitaux français et font toujours l’objet d’études scientifiques poussées. Les professionnels utilisent des appareils de magnétothérapie pulsée pour soulager les douleurs de leurs patients, notamment en cas d’arthrose, de fibromyalgie, de polyarthrite… Ce type d’appareils est aussi à disposition des particuliers pour un usage à domicile.